Rhinoplastie : avant/après

Comme toute intervention chirurgicale, la rhinoplastie peut avoir quelques rares complications tel que: infection, hématome ou une complication anesthésique.

Sur le plan esthétique, il est possible que l’évolution post opératoire, la réaction cicatricielle, ou la nature des tissus, ne permettent pas d’obtenir exactement le résultat escompté.

Une reprise chirurgicale peut être envisagée dans les mois qui suivent pour obtenir une correction qui se rapprochera le plus possible de l’objectif initial.

On peut ainsi, ultérieurement, affiner davantage la pointe du nez ou obtenir une ligne de profil plus droite.

Les progrès réalisés en matière de rhinoplastie, et en particulier grâce à la technique ouverte, permettent de minimiser ces inconvénients, et d’obtenir des corrections plus précises.

L’activité est normale au bout de dix à quinze jours.

Il faut éviter toute activité excessive tel que jogging, natation ou effort inconsidéré pendant les quinze premiers jours.

de s’exposer au soleil pendant quatre semaines (avec l’utilisation d’un écran total au début).

Le résultat définitif d’une rhinoplastie esthétique se fait en règle générale un an après l’intervention.

C’est le délai nécessaire pour que les tissus cicatriciels arrivent à maturité. Les tissus assouplis, évoluent alors normalement dans le temps.

Les progrès importants dans la connaissance de l’anatomie, et des techniques chirurgicales sur les différents éléments du nez, permettent des rhinoplasties très personnalisées, sur tout ou une partie du nez, et l’on parle de rhinoplastie conservatrice, de rhinoplastie de pointe, de rhinoplastie à minima. Il est même possible de reconstituer un nez lorsque certaines formes de cartilages sont anormales ou déviées. On fait alors appel à des techniques de greffes de cartilage, prélevées sur la cloison nasale.

Les techniques dites radicales font place aux techniques plus conservatrices, respectant les structures anatomiques et les modifiant avec subtilité. Il est même devenu possible, par la technique des greffes cartilagineuses, de corriger un nez déjà opéré, pour lui donner un aspect plus naturel. On parle alors de rhinoplastie secondaire.

Ainsi la rhinoplastie esthétique est probablement arrivée à sa maturité technique. Ceci explique vraissemblablement l’importance et la multiplicité de la demande.

Le résultat, s’il correspond effectivement à ce qui était prévu, entraine une satisfaction évidente de la part du patient, et on note également souvent des modifications favorables de son comportement.

On observe une plus grande ouverture par rapport aux autres, et des efforts faits pour améliorer l’ensemble de la silhouette, comme si le corps et l’esprit étaient vécus et représentés autrement.